Foire aux questions (FAQ)

L'une des missions le plus importantes que nous avons ici sur SpaceWeatherLive est que nos visiteurs informez-vous sur la météo spatiale quand ils visitent notre site Web. Voilà exactement la raison pour laquelle nous avons une grande partie de l'aide avec de nombreux articles où nous creuser plus profondément dans le monde de la météorologie spatiale. Cependant, nous recevons encore beaucoup de questions sont sur SpaceWeatherLive et certaines de ces questions reviennent chaque si souvent. Les questions que nous recevons le plus souvent peuvent maintenant être trouvés dans cette FAQ.

Activité solaire

Nous ne savons pas. Il y a des gens et même des scientifiques qui prétendent que le Soleil se dirige vers un nouveau minimum de Maunder. Le minimum de Maunder était une période d’environ 70 ans, entre 1645 et 1715, lorsque très peu de taches solaires apparurent sur le disque solaire. S’il est vrai que le cycle solaire 24 a été beaucoup moins actif que ce à quoi nous sommes habitués depuis quelques décennies, nous ne disposons pas encore d’un moyen précis de prédire l’activité solaire à ce jour. On ne peut pas dire pour l’instant si le Soleil est sur le point d’entrer dans une longue période de calme exceptionnel.

Les éruptions solaires peuvent différer considérablement non seulement en force, mais également en durée. Certaines éruptions solaires durent des heures et d’autres quelques minutes. Les éruptions solaires de longue durée sont souvent (mais pas toujours!) accompagnées d’une éjection de plasma solaire. C’est ce que nous appelons une éjection de masse coronale. Les éruptions solaires de courte durée (impulsives) peuvent aussi déclencher une éjection de masse coronale, mais c’est assez rare et, si elles le font, ces éjections de masse coronale ne sont souvent pas aussi fortes que les éjections de masse coronales lancées pendant un évènement de longue durée.

Il n’y a pas de temps limite exacte qu’une éruption solaire doit atteindre pour être classée comme événement de longue durée, mais la NOAA SWPC américaine classe une éruption solaire en tant qu’événement de longue durée si l’éruption solaire est toujours en cours 30 minutes après le début.

Image: Example of an impulsive solar flare.

Image: Example of a long duration solar flare.

Lors d’éruptions solaires, le soleil émet souvent de grandes quantités de protons et d’électrons. Ces protons sont projetés dans toutes les directions, mais un bon nombre d’entre eux suivent les lignes de champ magnétique du champ magnétique interplanétaire. Parce que le Soleil tourne sur son propre axe, le champ magnétique interplanétaire forme une forme que l’on pourrait comparer à la jupe de la ballerine. C’est ce que nous appelons la spirale de Parker. En raison de la spirale de Parker, les protons lancés depuis des zones proches ou même derrière le limbe ouest peuvent atteindre la Terre.

Image: La spirale de Parker.

SDO de la NASA se trouve sur une orbite géosynchrone autour de notre planète. De là, il a normalement une vue imprenable sur le soleil. Cependant, deux fois par an, près de l’équinoxe, la Terre bloque la vue du Soleil par SDO pendant une période de temps chaque jour. Ces éclipses sont assez courtes vers le début et la fin de ces saisons d’éclipse de trois semaines, mais elles augmentent jusqu’à 72 minutes au centre. Si vous voyez une image de SDO complètement noire, vous regardez probablement la Terre!

Parfois, vous aurez peut-être la chance de voir un objet beaucoup plus petit sur les images de l’Observatoire Solaire Dynamique de la NASA: la Lune! La Lune peut également apparaître sur les images de SDO de la NASA, mais elle ne bloquera jamais le Soleil tout entier pendant très longtemps, contrairement à la Terre.

Animation: la Terre bloque la vision du soleil par SDO.

Animation: La Lune bloque la vue du soleil par SDO.

Non. Presque toutes les éjections de masse coronale qui arrivent sur Terre ne posent aucun problème notable. S’il est vrai que de très fortes éjections de masse coronale peuvent poser de nombreux problèmes avec notre technologie moderne, tels que les satellites et les lignes à haute tension, nous sommes beaucoup mieux préparés à de tels événements de nos jours qu’il y a quelques décennies à peine. Les fameuses tempêtes solaires de Halloween de 2003 ont été les tempêtes géomagnétiques les plus puissantes de l’histoire moderne et, bien que cette tempête solaire ait causé quelques problèmes mineurs, tels que la perte (temporaire) de certains satellites et une brève panne de courant dans le sud de la Suède, nous ne devrions pas craindre qu’une La tempête solaire, quelle que soit sa force, pourrait nous ramener à l’âge sombre.

Activité aurorale

Non. Vous devez d’abord comprendre qu’une éruption solaire ne provoque pas d’aurores. Les éruptions solaires peuvent générer de gros nuages ​​de plasma solaire que nous appelons des éjections de masse coronal ( CME ) et ce sont ces éjections de masse coronale qui peuvent produire des aurores lorsqu’elles arrivent sur notre planète. Nous devons également savoir que toutes les éruptions solaires ne déclenchent pas une CME. En fait, la plupart des éruptions solaires ne le font pas! Si nous avons une éruption solaire puissante et éruptive, elle doit également provenir d’une zone de taches solaires située près du centre du disque solaire face à la Terre, sans quoi l’éjection de masse coronale risque de se produire dans une direction éloignée de la terre. Alors que la lumière d’une éruption solaire ne prend que 8 minutes pour atteindre notre planète, ces éjections coronales de masse voyagent à des vitesses beaucoup plus faibles. Des éjections de masse coronales très rapides peuvent parcourir la distance Soleil-Terre en une journée, mais elles sont très rares. La plupart des éjections de masse coronale prennent deux à quatre jours pour arriver sur Terre.
Il n’existe pas de moyen précis de prévoir à l’avance les heures où l’aurore pourrait être vue, ni à quelle heure exacte. L’ovale auroral est normalement à son plus large vers minuit local, mais bien entendu, les conditions de vent solaire sur Terre doivent également être favorables aux aurores pour votre région. Il n’est pas impossible de voir une aurore tôt dans la soirée ou près du matin si les conditions de vent solaire sont suffisamment favorables pour vous. Vous pouvez estimer avec précision qu’il y ait une chance que des aurores soient présentes chez vous environ 1 heure à l’avance. Le satellite DSCOVR (Deep Space Climate Observatory), qui mesure les paramètres du vent solaire et du champ magnétique interplanétaire, est situé entre le Soleil et la Terre. Il faut entre 30 minutes et une heure pour que le vent solaire parcoure la distance entre DSCOVR et la Terre. Examiner les paramètres mesurés par DSCOVR est toujours un bon début si vous souhaitez savoir si une aurore aura une chance de se trouver près de chez vous dans un avenir proche. Vous voulez savoir s’il y a une chance à ce moment précis? Alors, nous vous recommandons de regarder un magnétomètre local.

N’importe quel endroit des hautes latitudes pourra voir des aurores ayant un Kp de 4. Pour tout emplacement aux latitudes moyennes, une valeur de Kp de 7 est nécessaire. Les basses latitudes nécessitent des valeurs de Kp de 8 ou 9. La valeur de Kp dont vous avez besoin dépend bien sûr de votre position sur la Terre. Nous avons fait une liste pratique qui est un bon guide pour déterminer la valeur de Kp dont vous avez besoin pour n’importe quel emplacement à la portée des ovales auroraux.

Important! Notez que les emplacements ci-dessous vous donnent une chance raisonnable de voir des aurores pour l’indice Kp donné, à condition que les conditions d’observation locales soient bonnes. Ceci inclut, sans s’y limiter: une vue dégagée vers l’horizon nord ( ou sud pour l’hémisphère sud ), pas de nuages, pas de pollution lumineuse et une obscurité complète.

KpVisible from
0

Amérique du Nord:
Barrow (AK, Etats-Unis) Yellowknife (NT, Canada) Gillam (MB, Canada) Nuuk (Groenland)

Europe:
Reykjavik (Islande) Tromsø (Norvège) Inari (Finlande) Kirkenes (Norvège) Murmansk (Russie)

1

Amérique du Nord:
Fairbanks (AK, Etats-Unis) Whitehorse (YT, Canada)

Europe:
Mo I Rana (Norvège) Jokkmokk (Suède) Rovaniemi (Finlande)

2

Amérique du Nord:
Anchorage (AK, Etats-Unis) Edmonton (AB, Canada) Saskatoon (SK, Canada) Winnipeg (MB, Canada)

Europe:
Tórshavn (Îles Féroé) Trondheim (Norvège) Umeå (Suède) Kokkola (Finlande) Arkhangelsk (Russie)

3

Amérique du Nord:
Calgary (AB, Canada) Thunder Bay (ON, Canada)

Europe:
Ålesund (Norvège) Sundsvall (Suède) Jyväskylä (Finlande)

4

Amérique du Nord:
Vancouver (BC, Canada) St. John's (NL, Canada) Billings (MT, Etats-Unis) Bismarck (ND, Etats-Unis) Minneapolis (MN, Etats-Unis)

Europe:
Oslo (Norvège) Stockholm (Suède) Helsinki (Finlande) Saint Petersburg (Russie)

5

Amérique du Nord:
Seattle (WA, Etats-Unis) Chicago (IL, Etats-Unis) Toronto (ON, Canada) Halifax (NS, Canada)

Europe:
Edinburgh (Scotland) Gothenburg (Suède) Riga (Lettonie)

Hémisphère Sud:
Hobart (Australie) Invercargill (Nouvelle Zelande)

6

Amérique du Nord:
Portland (OR, Etats-Unis) Boise (ID, Etats-Unis) Casper (WY, Etats-Unis) Lincoln (NE, Etats-Unis) Indianapolis (IN, Etats-Unis) Columbus (OH, Etats-Unis) New York City (NY, Etats-Unis)

Europe:
Dublin (Irelande) Manchester (Royaume Uni) Hamburg (Allemagne) Gdańsk (Pologne) Vilnius (Lituanie) Moscow (Russie)

Hémisphère Sud:
Devonport (Australie) Christchurch (Nouvelle Zelande)

7

Amérique du Nord:
Salt Lake City (UT, Etats-Unis) Denver (CO, Etats-Unis) Nashville (TN, Etats-Unis) Richmond (VA, Etats-Unis)

Europe:
London (England) Brussels (Belgique) Cologne (Allemagne) Dresden (Allemagne) Warsaw (Pologne)

Hémisphère Sud:
Melbourne (Australie) Wellington (Nouvelle Zelande)

8

Amérique du Nord:
San Francisco (CA, Etats-Unis) Las Vegas (NV, Etats-Unis) Albuquerque (NM, Etats-Unis) Dallas (TX, Etats-Unis) Jackson (MS, Etats-Unis) Atlanta (GA, Etats-Unis)

Europe:
Paris (France) Munich (Allemagne) Vienna (Autriche) Bratislava (Slovaquie) Kiev (Ukraine)

Asie:
Astana (Kazakhstan) Novosibirsk (Russie)

Hémisphère Sud:
Perth (Australie) Sydney (Australie) Auckland (Nouvelle Zelande)

9

Amérique du Nord:
Monterrey (Mexico) Miami (FL, Etats-Unis)

Europe:
Madrid (Spain) Marseille (France) Rome (Italie) Bucharest (Roumanie)

Asie:
Ulan Bator (Mongolie)

Hémisphère Sud:
Alice Springs (Australie) Brisbane (Australie) Ushuaia (Argentine) Cape Town (Afrique du Sud)

Une différence aussi importante entre l’indice Kp prédit par la NOAA et le Kp observé actuellement peut avoir plusieurs raisons. La raison la plus courante est que la NOAA prédit qu’une éjection de masse coronale est sur le chemin de la Terre et qu’elle devrait arriver vers cette heure précise. Cependant, il se peut très bien que l’éjection de la masse coronale soit tardive et ne soit donc pas encore arrivée, ce qui signifie que les conditions géomagnétiques sont toujours calmes même si une activité significativement plus importante était attendue. Il est très difficile de prédire avec précision l’heure d’arrivée d’une éjection de masse coronale. Il n’est donc pas rare que les éjections de masse coronale arrivent plusieurs heures après l’heure d’arrivée prévue.

Il n’y a pas de différence entre Kp5 et G1. La NOAA utilise un système à cinq niveaux, appelé échelle G, pour indiquer la sévérité de l’activité géomagnétique observée et prévue. Cette échelle est utilisée pour donner une indication rapide de la gravité d’une tempête géomagnétique. Cette échelle va de G1 à G5, G1 étant le niveau le plus bas et G5 le niveau le plus élevé. Les conditions inférieures au niveau de la tempête sont étiquetées G0 mais cette valeur n’est pas couramment utilisée. Chaque niveau G est associé à une certaine valeur Kp. Cela va de G1 pour une valeur Kp de 5 à G5 pour une valeur Kp de 9. Le tableau ci-dessous vous aidera avec celà.

Échelle GKpActivité auroraleFréquence moyenne
G04 et moinsAu-dessous du niveau de la tempête
G15Tempête mineure1700 par cycle (900 jours par cycle)
G26Tempête modérée600 par cycle (360 jours par cycle)
G37Forte tempête200 par cycle (130 jours par cycle)
G48Tempête sévère100 par cycle (60 jours par cycle)
G59Tempête Extreme4 par cycle (4 jours par cycle)
Si vous souhaitez avoir une bonne chance de voir une aurore durant vos vacances, vous devez trouver un emplacement aussi proche que possible de l’ovale auroral. L’ovale auroral est une zone située autour des pôles magnétiques de notre planète où se produisent le plus souvent des aurores, même dans des conditions tranquilles de météo spatiale. Cet ovale n’est pas toujours aussi grand: lors d’une forte activité géomagnétique, cet ovale s’étendra jusqu’aux latitudes plus basses, ce qui signifie que l’aurore peut être vue depuis des latitudes plus basses, bien que cela ne se produise pas très souvent. Lorsque vous partez en vacances, vous voulez avoir les meilleures chances de voir une aurore, même par temps calme, ce qui signifie que vous devrez probablement vous déplacer vers le nord. Tout est question de lieu! L’ovale auroral est situé aux endroits suivants en période de faible activité géomagnétique. Hémisphère Nord: Alaska, nord du Canada, sud du Groenland, Islande, nord de la Norvège, nord de la Suède, nord de la Finlande et nord de la Russie. Pour les aurores australes, vous devrez aller en Antarctique.
Oui. Si l’aurore est assez forte, il est tout à fait possible de voir ce phénomène pendant la pleine lune. Nous devons noter que le clair de lune est assez fort comparé à une aurore alors une aurore faible pourrait être difficile, voire impossible à voir. Particulièrement pour les basses latitudes, nous souhaitons vraiment que la lumière de la lune soit le plus faible possible pour augmenter nos chances de voir des aurores.
C’est en fait correct. Pendant les semaines autour de l’équinoxe (événement astronomique dans lequel le plan de l’équateur de la Terre passe au centre du Soleil), les aurores peuvent être un peu plus actives qu’en d’autres temps. Les raisons pour lesquelles cela se produit ne sont pas encore bien comprises, mais les scientifiques pensent que l’inclinaison de la Terre favorise de manière accrue les conditions géomagnétiques autour de l’équinoxe.
De nos jours, de nombreuses caméras sont capables de produire des images de qualité des aurores. Cependant, vous devez penser à quelques points si vous envisagez de vous engager sérieusement dans le monde de la photographie des aurores. Vous devez d’abord obtenir un appareil photo doté d’un mode manuel (M). Pour la photographie d’aurores, nous voulons un contrôle total sur la caméra, car nous allons lui dire exactement ce qu’elle doit faire pour nous. Si vous laissez l’appareil photo décider des paramètres qu’il utilisera, vous obtiendrez probablement un résultat peu satisfaisant. Le deuxième élément que vous devez obtenir est un trépied, car nous allons utiliser des vitesses d’obturation lentes. Vous ne pouvez pas utiliser une vitesse d’obturation de, disons, 10 secondes et tenir l’appareil parfaitement immobile à la main, l’appareil photo bougera même si vous faites de votre mieux et vous reviendrez chez vous avec des images floues. Il est donc très important d’investir dans un trépied! En ce qui concerne les objectifs, les objectifs du kit sont souvent très capables de produire de belles images des aurores boréales. Si vous avez l’argent, vous pouvez envisager d’obtenir un objectif plus large et plus rapide (f-stop plus bas) afin de ne pas avoir à exposer aussi longtemps, mais ce n’est pas vital. Pour réduire encore davantage les tremblements de l’appareil, un déclencheur à distance peut également s’avérer un outil très pratique.
Non, l’aurore boréales et l’aurore australe ne disparaîtront pas complètement au minimum solaire mais leur apparition sera moins fréquente au minimum solaire. Le minimum solaire est une période où très peu de taches solaires apparaissent sur le soleil. Moins de taches solaires signifie moins d’éruptions solaires et moins d’éjections de masse coronale lancées vers notre planète. Le vent solaire normal ne disparaîtra pas et les trous coronaux seront toujours présents de temps en temps, mais ils apparaîtront moins fréquemment près de l’équateur et seront de plus petite taille. S’il est vrai qu’il y a moins de tempêtes géomagnétiques au cours des années autour du minimum solaire, les aurores seront toujours visibles de temps en temps dans les hautes latitudes. Parce qu’il ya moins de fortes tempêtes solaires durant le minimum solaire que pour le maximum solaire, il n’arrivera pas très souvent que l’ovale auroral s’étende aux basses latitudes, mais des aurores apparaissent de temps en temps à des endroits proches de l’ovale auroral, comme au nord de la Scandinavie et l’Alaska, mais pas aussi fréquemment que pendant le maximum solaire.
Non. La polarité du champ magnétique interplanétaire et la direction nord-sud (Bz) du champ magnétique interplanétaire sont deux choses très différentes. S’il est vrai que nous parlons d’une valeur Bz négative lorsque la direction nord-sud du champ magnétique interplanétaire se dirige vers le sud, cela n’a aucun rapport avec la polarité du champ magnétique interplanétaire. La polarité du champ magnétique interplanétaire n’est pas importante si vous voulez seulement savoir s’il y aura une chance pour une aurore ce soir. La direction nord-sud (Bz) du champ magnétique interplanétaire est cependant un ingrédient essentiel en matière d’activité aurorale, mais cela n’est pas prévisible. La direction nord-sud (Bz) du champ magnétique interplanétaire est connue seulement quand il passe devant le satellite DSCOVR. De là, il ne faudra que 30 à 60 minutes au vent solaire pour atteindre la Terre.
Certaines personnes affirment avoir entendu l’aurore de leurs propres oreilles lors d’une activité aurorale intense, mais rien ne prouve de manière irréfutable que l’aurore produit des ondes sonores que l’oreille humaine pourrait capter. Les émissions aurorales se produisent si haut dans l’atmosphère (bien au-dessus de 80 km) et l’air y est si maigre que même si l’aurore produit des ondes sonores, ces ondes ne pourront jamais atteindre la surface de notre planète.
Les courants induits géomagnétiquement sont le terme de météo spatiale utilisé pour décrire l’électricité circulant dans le sol pendant un orage géomagnétique. Les champs magnétiques changeants provoquent des courants dans les fils et autres conducteurs. Lorsque le champ magnétique local commence à vibrer, l’électricité commence à circuler. Les courants induits géomagnétiquement peuvent provoquer des fluctuations de tension dans les réseaux électriques et endommager les transformateurs de transport d’énergie à haute tension. Cela peut dans des cas extrêmes provoquer une interruption de l’alimentation en électricité. Les longs pipeplines sont également susceptibles. Les courants induits géomagnétiquement peuvent augmenter le taux de corrosion, ce qui réduit la durée de vie d’un pipeline

Autres questions

La Terre a environ 24 fuseaux horaires. Nous disons “à propos de” parce que certains pays ou régions utilisent des heures locales qui s’écartent de moitié par heure de ces zones. Toutefois, dès que nous parlons de la météo spatiale ou même de la science en général, il n’ya vraiment qu’un seul temps qui compte: le temps universel coordonné (UTC). Vous trouverez ce temps partout sur notre site. Utilisez la carte ci-dessous pour voir la différence entre l’heure UTC et le fuseau horaire dans lequel vous vous trouvez. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Timezones

Image: Fuseaux horaires standards du monde. Source: Wikimedia Commons.

Travaillons avec quelques exemples: imaginons que vous vous trouviez à Vancouver, au Canada, dans le fuseau horaire standard du Pacifique. Selon l’heure UTC, il est 21 UTC. Pour convertir l’heure UTC en notre heure locale, nous devons soustraire 8 heures de l’heure UTC. 21 moins 8 résultats dans une heure locale de 13 PST. En heure avancée du Pacifique (heure avancée du Pacifique), nous soustrayons 7 heures de l’heure UTC, ce qui donne une heure locale de 14 heures PDT.

Essayons encore mais cette fois, nous sommes à Amsterdam, aux Pays-Bas. Pour convertir 21 UTC en heure locale, nous ajoutons 1 heure au lieu de 22h. Pendant l’heure d’été, nous ajoutons 2 heures, ce qui donne une heure locale à 23h.

N’oubliez pas la date de conversion de l’heure UTC en heure locale. Nous prenons encore une fois Vancouver, Canada, à titre d’exemple: c’est actuellement le 14 novembre, à 02h, heure de Cela donne 18h heure locale le 13 novembre à Vancouver, Canada.

Non. Il y a des gens qui prétendent que le Soleil est responsable de l’activité sismique ici sur Terre, mais il n’y a absolument aucune preuve scientifique que la météorologie spatiale et les séismes soient liés de quelque manière que ce soit.

Info sur ce site Web

Toutes les données et informations que nous publions sur SpaceWeatherLive ne peuvent pas être téléchargées directement de notre site Web. Toutes les informations que nous publions proviennent de sources externes librement accessibles à tous. Si vous êtes intéressé par certaines données que nous fournissons sur SpaceWeatherLive, nous vous conseillons de les télécharger directement à partir de la source d’origine. Les données de notre site Web sont toujours accompagnées d’une note de bas de page indiquant le site Web ou l’institution à partir duquel les données proviennent. Nous avons également une page spéciale avec des liens pratiques contenant une liste de sites Web, que nous utilisons souvent pour obtenir les données que nous affichons sur notre site Web.
Oui. Nous avons une application disponible pour iOS et Android qui vous apporte l’expérience familière de SpaceWeatherLive sur votre appareil mobile. L’application dispose d’un service de notifications push intégré, d’un thème sombre exclusif à l’application et est gratuite pour tout le monde. Il n’y a pas de frais (cachés)!
Les données disponibles indiquent qu'il n'est actuellement pas possible de voir une aurore sur les latitudes moyennes.

Dernières nouvelles

Aidez SpaceWeatherLive.com !

Vous êtes de plus en plus nombreux à consulter SpaceWeatherLive pour suivre l'activité solaire ou aurorale, et avec le traffic les coûts du serveur augmentent. Si vous appréciez SpaceWeatherLive, soutenez notre projet en faisant un don afin que nous puissions continuer à vous informer !

100%

Dernières alertes

Recevez des alertes instantanées!

La Météo Spatiale en faits

Dernière classe X:10/09/2017X8.2
Dernière classe M:20/10/2017M1.0
Dernier orage géomagnétique:05/11/2018Kp6 (G2)
Nombre de jours sans taches solaires en 2018:190
Étirement actuel jours sans taches solaires:2

A ce jour dans l'histoire*

Éruptions solaires
11999M7.4
22003M4.2
32001M2.8
42002M2.0
52003M1.2
ApG
1200339G1
2200113
3199613
4199912
5201410
*depuis 1994

Les réseaux sociaux